LA RTNC,RTG@;RTVS1 et DIGITAL CONGO SONT EN DIRECT SUR WWW.CHAINES2KIN.NET. ENVOYEZ NOUS UN MAIL SUR chaines2kin@gmail.com POUR SIGNALER UN DISFONCTIONNEMENT .

0
Deux hommes ont tiré sur des fidèles rassemblés pour la prière du soir dimanche au Centre culturel islamique de Québec, dans le sud-est du Canada.

Le gouvernement du Québec considère la tuerie comme un acte terroriste. Deux hommes ont tiré sur des fidèles rassemblés pour la prière du soir dimanche au Centre culturel islamique de Québec, dans le sud-est du Canada, faisant cinq morts et une dizaine de blessés, selon des sources concordantes. Deux hommes aux visages masqués se sont introduits dans l'enceinte du centre culturel vers 19h15 dimanche (lundi 00h15 GMT), ont raconté des témoins sur les télévisions. # Au moins cinq morts "On me dit qu'il y a au moins cinq morts", a déclaré Mohammed Yangi, président du Centre culturel islamique de la capitale québécoise. Un porte-parole de la police de Québec a confirmé sur les chaînes de télévision qu'il y avait des morts, mais sans en préciser le nombre. Difficile dans la confusion de déterminer combien de personnes étaient rassemblées pour la dernière prière dimanche. Généralement, selon Mohammed Yangi, ce sont 60 à 100 personnes qui assistent à ces prières à la mosquée. Radio Canada explique qu'au moment de l'attaque, les hommes priaient au rez-de-chaussée, tandis que les femmes et les enfants se trouvaient à l’étage. "À travers cet acte, c'est quoi le message? Qu'est-ce que vous voulez?", s'est indigné le président de ce Centre culturel islamique, dans une déclaration rapportée par"La Presse". "On travaille ici, on paie nos taxes, on contribue positivement à la communauté. C'est incompréhensible!" Une incompréhension vivement partagée par les témoins, sur place : "Je ne comprends pas pourquoi ici, c'est une petite mosquée et Québec, ce n'est ni Montréal, ni Toronto" (sud-est), a ainsi déclaré à l'AFP un homme qui était à l'intérieur du centre au moment de l'attaque. # Important dispositif policier Les premiers blessés étaient soignés dans des ambulances sur place. Un important dispositif policier s'est mis rapidement en place aux alentours. Le quotidien canadien "La Presse" indique que la "Structure de gestion policière contre le terrorisme" (SGPCT) a été déployée. Selon le porte-parole du Service de police de Québec, cité par "La Presse", on parle de plusieurs victimes. Je ne donnerai pas de nombre parce que l'opération est encore en cours. Il y a des morts". Le quotidien canadien précise également qu'une poursuite policière est en cours à l'île d'Orléans. De son coté, un policier chargé du périmètre de sécurité confie à l'AFP : "on s'y préparait (à une attaque de ce type), car ça se passe dans le monde entier". "Les Canadiens pleurent les victimes de l'attaque lâche dans une mosquée de Québec. Mes pensées sont avec les victimes et leurs familles", a indiqué le Premier ministre canadien Justin Trudeau sur son compte Twitter. Il avait la veille promis d'accueillir les réfugiés "indépendamment de leur foi", au lendemain de la décision controversée de la Maison Blanche d'interdire l'entrée des Etats-Unis aux ressortissants de sept pays musulmans. Le chef du gouvernement de la province francophone Philippe Couillard a également condamné cette attaque contre des musulmans. "Le Québec rejette catégoriquement cette violence barbare. Unissons-nous contre la violence et solidarité avec les Québécois de confession musulmane", a-t-il écrit sur Twitter. "Je condamne ce geste insensé", a aussi déclaré le maire de Québec Régis Labeaume. # Plusieurs précédents racistes Le Centre culturel islamique de Québec, qui est également connu sous le nom de grande mosquée de Québec, avait déjà été la cible d'un geste à caractère haineux, mais beaucoup moins grave: une tête de porc avait été déposée devant l'une de ses portes l'été dernier. Trois semaines plus tard, rappelle "La Presse", une lettre islamophobe intitulée "Qu'est-ce qui est le plus grave: une tête de porc ou un génocide" avait été distribuée dans les environs. Aujourd'hui, le président du centre dénonce : "On nous a mis une fois une tête de porc. On a peinturé les murs. On a qualifié ça d'actes isolés. Mais aujourd'hui, on a des morts..." D'autres mosquées au Canada ont également été la cible de graffitis à caractère raciste au cours des derniers mois. C.C. avec agences Fin de la discussion
l
LIENS COMMERCIAUX

Post a Comment

 
Top