Les télévisions de Kinshasa sont maintenant accessible via Google chrome . ENVOYEZ NOUS UN MAIL SUR chaines2kin@gmail.com POUR SIGNALER UN DISFONCTIONNEMENT . Mettre à jour adobe flash player Aller sur > http://get.adobe.com/fr/flashplayer/ 

0
Daniel Mwananteba du Parti Socialiste signe l’Accord et rejoint le camp Kamerhe
Il s’est fait le porte-voix ou mieux le défenseur de l’Accord du 31 décembre. À Kinshasa, il était sur le terrain pour sensibiliser la population à adhérer à l’Accord issu des Négociations directes. Après la campagne d’explication à la base, Daniel Mwananteba a signé samedi l’Accord de la Saint- Sylvestre. L’acte a valeur de symbole pour le leader du Parti Socialiste. En paraphant le texte, Daniel Mwananteba a appelé les opposants qui hésitaient encore, à lui emboîter le pas. Pour lui, signer l’Accord de la Cenco est un devoir moral. Cependant, le premier secrétaire national du parti socialiste constate malheureusement qu’il y a deux camps presque antogonistes à l’Opposition signataire de l’Accord de l’Union Africaine. Le camp Kamerhe et le camp Badibanga. Mwananteba pense que Badibanga et Bitakwira doivent rejoindre le camp du peuple, le camp de la patrie. « Il n’est pas trop tard pour mieux faire », lance Mwananteba qui croit que les leaders politiques doivent transcender leurs sentiments humains pour privilégier l’intérêt supérieur de la nation. « Nous devons chercher à nous entendre en tant que congolais et nous pardonner mutuellement », explique Mwananteba qui a approuvé et signé également la Déclaration du groupe Kamerhe, soutenant l’Accord. A Badibanga et Bitakwira, l’opposant répète qu’il n’y a aucun danger à faire le bien, à faire la paix. L’objectif, selon le premier secrétaire national du Parti Socialiste, c’est de s’assumer en tant que homme politique, homme d’État et éviter de tomber dans la théâtralisation de la scène politique. « Il ne s’agit pas de défendre un camp au détriment de l’autre mais il s’agit de soutenir l’Accord », ajoute le leader du Parti Socialiste. Il précise que sa démarche traduit la cohérence de ses actions politiques. « Je suis resté cohérent avec moi même, avec ma conscience. Ma conscience qui me demande de soutenir l’Accord », dit-il. Daniel Mwananteba affirme avoir été motivé par le souci de se mettre en harmonie avec le peuple. Ainsi, le Parti Socialiste prévient que si rien ne fait, le peuple brandira son plan C. « Ça ne sera pas le plan A du dialogue, ni du plan B des évêques mais le plan du peuple souverain », a conclu Mwananteba. Alphonse Muderhwa
l
LIENS COMMERCIAUX

Post a Comment

 
Top